Clémence Nardini

Portrait Clémence Nardini

Il faut vivre ici et maintenant !

Présentation

Chef d'entreprise et ancienne étudiante à l'IESA multimédia, Clémence est une femme pleine de ressources qui se bat pour que ses rêves se réalisent.

    D'où viens-tu ? Quel enfant/adolescente étais-tu ?

    Je m’appelle Clémence, je suis une jeune lyonnaise de 27 ans et il y a quelques mois, j’ai officiellement créé ma startup dans le domaine de la santé. A 22 ans je suis partie à Paris faire l’IESA multimédia et j’ai effectué ma dernière année de mastère à Digital Campus Lyon. C’est lors de notre projet de fin d’études que j’ai commencé à m'intéresser à l’entreprenariat et que j’ai décidé de me lancer après avoir obtenu mon Mastère en Stratégie Digitale. J’ai intégré le premier réseau d’incubateurs de France : 1Kubator Lyon en janvier dernier et c’est là que l’aventure a vraiment démarré.

    Enfant, j’étais particulièrement curieuse, bavarde et pleine de vie. J’ai multiplié les activités extra scolaires en passant par le dessin, la peinture, le piano, le théâtre… J’étais incapable de me focaliser sur une seule et même activité. J’avais cette fibre artistique que je devais développer pour comprendre ce qui me passionnait vraiment.

    Une fois ado, les choses se sont un peu plus compliquées. Disons que j’ai eu un parcours un peu chaotique mais anormalement enrichissant puisque je suis l'une des 7200 patientes Françaises atteinte de la Mucoviscidose. Vivre avec la Mucoviscidose m'a forcée à faire face à l'adversité. J'ai été touché par des infections pulmonaires entraînant la progression de la diminution de ma fonction pulmonaire. J'ai eu besoin de nombreuses opérations et hospitalisations. Lorsqu'on m'a annoncé que j'étais trop malade pour vivre sans de nouveaux poumons, le choc et la gravité de la situation m'ont énormement affecté. Cela m'a forcé à ne jamais rien prendre pour acquis. J'ai été transplanté des deux poumons à l'âge de 16 ans et depuis ce jour, ma vie a complétement changé.

    Que fais-tu aujourd'hui ? Quel poste occupes-tu ?

    Je travaille actuellement pour le développement d’une application mobile qui a pour but de simplifier le parcours de soin d'un patient transplanté tout en intégrant une communauté d’aidants afin que celui-ci soit guidé et accompagné dans sa vie quotidienne.

    J’ai été incubée chez 1Kubator Lyon en janvier dernier en tant qu’entrepreneuse.
    Pour l’instant, je suis seule sur le projet donc je m’occupe un peu de tout… cela me demande beaucoup de temps et d’énergie !

    Ton crédo dans la vie

    “Il faut faire aujourd’hui ce que tout le monde fera demain.”

    Je ne suis, certes, pas très vieille mais j’ai passé de nombreuses années à vivre dans le futur. J’imaginais que le lendemain serait meilleur, oubliant ainsi de vivre la vie que je voulais vraiment. Pourtant la Mucoviscidose m’a fait prendre conscience d’une chose essentielle, une leçon de vie que j’ai acquis au fil du temps : il faut vivre ici et maintenant.
    Je me suis rendu compte que tout ce que nous avons finalement, c’est le moment dans lequel nous vivons. Le passé est ce qu’il est, et le futur est bien incertain.

    S’imaginer qu’il sera meilleur est un beau leurre, et reporter ses projets et ses rêves à demain c’est bien souvent les reporter à jamais !

    Quelle a été ta formation à l'IESA multimédia ?

    J’ai suivi la formation de Bachelor Chef de projet multimédia et la première année de mastère en Stratégie Digitale que j’ai eu la chance d’effectuer en alternance chez TF1, à la Française des Jeux, Sanofi Pasteur.

    Penses-tu que tes études à l'IESA multimédia t'ont permis de réussir à trouver ton emploi ?

    Et comment ! Le fait de “toucher à tout” m’a beaucoup aidé dans mon choix final.
    Quand je suis arrivée à l’IESA multimédia je voulais être directrice artistique. Mais grâce aux cours dispensés par l’école et à mes diverses expériences professionnelles, je me suis dirigée vers les métiers du marketing digital et aujourd’hui je suis chef d’entreprise !

    Que dirais-tu de l'IESA multimédia à un étudiant qui souhaiterait y étudier ?

    “Qu’est-ce que tu attends pour t’inscrire ?” Cette école offre ce que tout le monde peut souhaiter ! Encadrement, polyvalence, authenticité, pragmatisme, ouverture d’esprit… Chaque étudiant est considéré dans ses projets propres et entouré dans ses démarches. On vous aide dans vos recherches de stage et/ou d’alternance.

    L’IESA multimédia est idéale pour toucher très vite du doigt à la vie active mais, est aussi, une très bonne entrée en matière pour l’étudiant qui hésite avant de se propulser vers un métier précis.
    Sans oublier, le traditionnel BDE - Bureau Des Elèves qui vous promet une vie associative trépidante ! Responsable notamment de l’organisation des soirées étudiantes et week-ends d’intégration, il est l’un des piliers de la vie de l’école dont je suis fière d’avoir fait partie.

    Qu'as-tu appris à l'IESA multimédia qui te serve particulièrement ?

    La polyvalence ! Lorsque j’ai intégré l’école j’avais quelques notions en graphisme mais je n’avais aucune idée du travail que cela pouvait réellement représenter. L’IESA multimédia m’a appris à réaliser un court métrage, à créer un montage vidéo, à développer un site internet, à faire de la gestion de projet, à maîtriser les logiciels de PAO (graphisme et vidéo), à élaborer une stratégie de communication digitale… Et finalement, même si ce ne sont pas mes domaines de prédilection, ça me sert beaucoup aujourd’hui !

    Quel est ton meilleur souvenir à l'IESA multimédia ?

    Difficile d’en choisir un seul après avoir passée 3 ans à l’IESA multimédia…
    Le meilleur souvenir qui me vient en tête c’est le tournage du court métrage que l’on devait réaliser en première année de Bachelor. Ça a été des mois de boulot avec plein de péripéties, de fous rires mais aussi de rencontres.

    As-tu noué des liens solides avec tes camarades de classe ?

    Bien-sûr ! Cela fait presque deux ans que je suis revenue vivre à Lyon mais je suis toujours en contact avec certains de l’IESA multimédia. On essaye de s’organiser des week-ends soit à Paris, soit à Lyon. Ça a été, et de loin, mes plus belles années en tant qu’étudiante que je ne suis pas prête d’oublier !

    Et à part ça, qu'est-ce qui t'animes dans la vie ?

    Au-delà de notre vie professionnelle, selon moi, il y a 4 choses importantes. La passion, les gens passionnés et la responsabilisation. Tu fais quelque chose, tu es responsable de tes actes et de ta réussite. La découverte et la volonté. Les voyages permettent de s’évader, s’inspirer, réfléchir, rencontrer de nouvelles personnes, découvrir d’autres cultures… Pour moi, la distance et la différence sont le secret de la créativité. Quand on rentre chez nous, notre maison est toujours la même mais quelque chose dans notre esprit a changé et ça, ça change tout. La volonté parce que je pense que tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n'abandonne jamais !

    Un dernier mot qui te viendrait à l'esprit

    Il y a une citation de Georges Clemenceau que j’aime beaucoup et qui correspond parfaitement à notre société d’aujourd’hui : « Il faut d’abord savoir ce que l’on veut, il faut ensuite avoir le courage de le dire et il faut, enfin, l’énergie de le faire. »
    Prendre du plaisir à ce que tu fais c’est, pour moi, la chose la plus difficile mais c’est aussi ce qui demande le plus de courage. En fait, la difficulté c’est de jongler entre le court et le long terme. Il y a tellement de métiers qui font rêver, on a l’impression que tout le monde apprécie chaque jour à fond. Finalement, ce n’est jamais que du plaisir mais si tu sais pourquoi tu le fais, tu t’accroches !

    Voir tous les témoignages

    Découvrez les autres portraits

    Portrait Clémence Nardini
    Chef d'entreprise et ancienne étudiante à l'IESA multimédia, Clémence est une femme pleine de ressources qui...