Jérémie Julien

jeremie julien directeur artistique

Mes meilleurs souvenirs restent les 2 grandes compétitions.

Présentation

Directeur artistique suite à son Bachelor Design graphique

    Pouvez-vous vous présenter ?

    Je m'appelle Jérémie Julien, je suis aujourd'hui directeur artistique web dans l'agence Bastille. Je suis passé par plusieurs cursus avant d'intégrer l'IESA multimédia, dont les arts appliqués. J'ai toujours plus ou moins su que je voulais travailler dans le multimédia, depuis assez jeune.

    J'ai commencé à trifouiller à la création assistée par ordinateur assez tôt, vers mes 14 ans, et j'ai depuis étendu mon champ de recherche et d'action. Mais je trifouille toujours autant, et je pense que c'est indispensable pour pouvoir s'épanouir dans ce milieu. Au final, même si mon chemin, semble assez chaotique depuis l'extérieur, a été au final assez logique.

    Quelle était votre formation à l’IESA multimédia ?

    J'ai cherché une école qui me correspondait assez longtemps avant de tomber sur l'IESA multimédia.La formation qui m'a attiré est le Bachelor Web en alternance. Le choix de cette école a été réfléchi assez longuement. Le fait de pouvoir entrer en milieu professionnel assez tôt, de pouvoir mesurer l'impact de nos connaissances concrètement est super satisfaisant.Son ancienneté et les premiers contacts que j'ai eu m'ont convaincu définitivement.

    Que faites-vous désormais ? Quel type de contrat avez-vous ? Et en combien de temps avez-vous trouvé ?

    Je suis maintenant directeur artistique au sein d'une agence qui travaille pour l'intérêt public, l'agence Bastille. Je suis en charge de toutes les productions graphiques web & digitales, en travaillant avec un pôle digital qui ne cesse de s'agrandir. Il m'arrive également de continuer à travailler sur de l'identité et de la PAO, mais à plus petite échelle.

    En parallèle, je continue de travailler pour des projets personnels en freelance pour continuer d'apprendre de nouvelles choses et de travailler sur des projets différents et plus sélectifs.

    Après avoir fait mes preuves en stage la première année, j'ai été recruté en alternance dans cette même agence, et deux ans plus tard, à la fin de ma scolarité, on m'a proposé un CDD en tant que Directeur Artistique - Designer UI/UX.

    Pensez-vous que vos études à l’IESA multimédia vous aient permis de réussir à trouver votre emploi ?

    Etant donné que je suis rentré dans cette école dans le but d'obtenir une alternance, la réponse ne peut-être que oui ! Les cours de première année ont été très pratiques pour décrocher le premier stage, ils m'ont permis d'acquérir un pragmatisme de l'univers du travail et une transversalité technique assez rapidement.

    Les cours qui arrivent plus tard (2ème et 3ème année du cursus) ont permis de comprendre plus en profondeur le fonctionnement et les process d'une agence. La diversité des intervenants permet d'avoir plusieurs points de vue spécifiques aux travails en agence, freelance ou autre société.

    Que diriez-vous de l’IESA multimédia à un étudiant qui souhaiterait y étudier ?

    Même si l'IESA multimédia fournit toutes les armes pour affronter le monde du travail rapidement, il est impératif de garder pour soi une activité de création et de réflexion active, c'est ce qui fera la différence entre un profil moyen et un bon profil. Le curieux sera toujours privilégié.

    Si vous avez ce profil, et êtes prêt à apprendre dans un domaine en constante expansion, l'IESA devrait vous convenir !

    Qu'avez-vous appris à l’IESA multimédia qui vous serve particulièrement ?

    Quand je suis arrivé à l'IESA multimédia, j'avais déjà quelques connaissances techniques des logiciels, de composition, mais je n'avais aucune référence en marketing, gestion de projet et surtout en oral. L'IESA multimédia forme transversalement sur l'univers du multimédia, et c'est exactement ce qu'il me manquait, je suis passé d'un profil uniquement technique, à un profil qu'on appelle aujourd'hui full-stack : avec une connaissance étendue du domaine. J'ai appris à développer, à faire de la gestion de projet et un peu de marketing en plus de ma spécialité en design graphique ! Mais finalement ce qui forme le plus sont les 2 compétitions de troisième année qui nous plongent dans un univers de création intense avec beaucoup de livrables à rendre, sur lesquels nous devons nous auto-former (ce qui arrive souvent en agence), et surtout qui nous préparent à affronter de grands projets.

    Quel est votre meilleur souvenir à l’IESA multimédia ?

    Les meilleurs souvenirs restent les 2 grandes compétitions. Elles instaurent entre toutes les classes un effet de compétition, mais surtout un effet de camaraderie, chacun s'entraide, tout en essayant de pousser son concept aussi loin que faire se peut. De ces compétitions naissent de belles amitiés, de beaux projets, et de beaux souvenirs.

    Dans la même veine, le court-métrage de première année était vraiment intense et inoubliable.

    Avez-vous noué des liens solides avec vos camarades de classe ?

    Bien sûr ! Comment ne pas sympathiser avec les personnes qui vous entourent pendant 1 mois non-stop. Je travaille aujourd'hui en agence avec l'un de ceux-là, grâce à cette compétition, et avec un autre en sous-traitant de mon agence. Les liens que l'on se fait pendant nos années d'étude restent, et souvent au delà, parce que ce sont des personnes avec qui on s'entend bien humainement et dans le travail.

    Et à part ça, qu’est-ce qui vous anime dans la vie ?

    Globalement, c'est la découverte. Elle est infinie, et il y a tellement de choses à apprendre et à voir, et je trouve que le digital est un excellent vecteur de découverte pour qui veut apprendre et faire apprendre.

    Mais il y a aussi une partie de moi qui continue à créer et qui désire continuer à partager un univers un peu plus personnel, grâce à la réalisation par exemple.

    Un dernier mot qui vous viendrait à l’esprit

    Beaucoup de gens critiquent souvent les écoles, les pédagogies employées, les intervenants, mais elles sont similaires dans beaucoup d'endroits, ce qui fait réellement la différence c'est la force avec laquelle vous vous investissez dans les projets. C'est à vous qu'il appartient de vous forger des souvenirs dont vous serez fiers.

    Voir tous les témoignages

    Découvrez les autres portraits

    Valentin Gresse Bachelor Web rentrée décalée
    Je suis un des Avengers de la Ligue des Créatifs, mon chef étant Elon Musk